Moins ça marche, plus ça coûte : la banale expérience informatique des TPE suisses

Imaginez : vous arrivez au travail un beau matin, et contrairement aux jours précédents, votre application préférée ne fonctionne plus. Branle-bas de combat, vous tentez d’appeler votre informaticien. Et c’est là que les ennuis commencent pour votre TPE et sa trésorerie. Expérience financière douloureuse garantie. Mais les solutions existent.

Qui n’a jamais connu la panne informatique à l’ouverture des bureaux ? Pour des raisons toujours obscures, cette satanée machine refuse de fonctionner. Pourtant, comme pour bien des équipements – véhicules ou électro-ménager par exemple, les pannes envoient toujours des signes avant-coureurs. C’est encore plus vrai pour l’informatique, qui dispose en standard de nombreux indicateurs qui avertissent des défaillances avant qu’elles n’arrivent. Outils d’analyse ou encore fichiers d’activité et d’erreurs sont autant de sources d’information pour connaître l’état de son système.

Maintenez le cap sur la maintenance

Alors, pourquoi les pannes arrivent-elles tout de même ? Pour que la boucle soit complète, il faut être à l’écoute de ces signaux remontés par la machine. Et ne pas se contenter d’attendre la défaillance technique. Un ordinateur est bien plus complexe qu’un simple lave-vaisselle. Il héberge des millions de lignes de code, qui sont autant de sources de failles ou d’erreurs. L’entretien préventif et la maintenance sont donc encore plus nécessaires pour ces appareils, voire vitaux.

Vous entrez alors dans une relation gagnant-gagnant entre vous et votre prestataire informatique

Malheureusement, dans la vraie vie, celle des TPE, ces actions ne sont que rarement menées. Et les choses sont plutôt faites à l’envers. Pensez donc : une panne peut finalement se transformer en aubaine pour le prestataire qui interviendra : pièces à changer, si ce n’est toute la machine, déplacement, intervention, main d’œuvre, nouvelle garantie, et j’en passe. Au final, plutôt que d’assurer une maintenance régulière et scrupuleuse pour éviter une panne, ne rien faire ne coûtera pas de temps, et se terminera, un jour ou l’autre, en un incident qui peut s’avérer juteux.

Choisissez le mode all inclusive

Mais alors, comment sortir de cette spirale ? Tout d’abord, externalisez et louez votre informatique dans le Cloud. Cela virtualisera votre système d’information, vous libérera des contraintes du matériel et vous évitera les investissements dus au remplacement. Ensuite, optez pour des services tout inclus, où cette location couvre non seulement le matériel virtualisé, mais aussi sa gestion. Support, maintenance, surveillance, mises-à-jour, rapports, documentation : tout doit être compris, sans limite. Vous entrez alors dans une relation gagnant-gagnant, où le bon fonctionnement de votre informatique est à votre avantage tout comme celui de votre prestataire. Moins de pannes, c’est une meilleure productivité pour vous. Moins de pannes, c’est moins d’actions correctives pour lui (pour lesquelles il ne touchera pas un franc de plus).

Tout cela est tentant, non ? Vous vous demandez alors probablement qui pourrait remplir ce cahier des charges ? Contactez Steel Blue dès maintenant, nous sommes les seuls en Romandie à fournir aux PME et TPE des services informatiques 100% Cloud, 100% loués, 100% externalisés, et 100% all inclusive. Pour 0% de surprises. Nos services permettent à nos clients de maîtriser les risques de leur informatique tout en en maîtrisant les coûts. Et de retrouver enfin confiance dans leur informatique et leur prestataire.

Steel Blue : all inclusive, all right !

Un établissement de santé cantonal se transforme avec Steel Blue

Réseau Santé Mentale SA (RSM) est une société en charge de l’exploitation d’établissements psychiatriques dans le canton de Berne. Issue de la privatisation des Services Psychiatriques du Jura Bernois – Bienne-Seeland (SPJBB), elle devait dans le cadre de ce changement quitter le réseau cantonal. Tout en assurant la continuité d’accès à ses services Cloud privés. Steel Blue était là pour accompagner cette transition.

Les SPJBB, jusqu’alors connectés aux ressources informatiques cantonales (réseau, applicatifs), avaient jusqu’au 31 décembre 2016 pour basculer leur réseau de données sur une solution privée. Au 1er janvier 2017, l’entité devait en effet être transformée en société anonyme. L’enjeu était de pouvoir procéder à cette migration sans interruption des services, pour le bien et la sécurité des patients. C’est sur les conseils de son nouveau fournisseur, VTX, que son responsable informatique, Michel Donzé, a fait appel à Steel Blue et son service de consulting. Il explique son choix.

Nous avions commandé notre nouveau réseau chez VTX. Mais nous avions aussi besoin d’une expertise neutre et d’une vision à 360° sur les activités liées à la mise en place de ce réseau. En particulier, nous devions assurer l’accès à nos services Cloud privés sans impact avant, pendant et après la mise en service du réseau. L’approche verticale de Steel Blue, et sa connaissance profonde du réseau, des systèmes et du Cloud ont permis d’atteindre ce but.

L’environnement complexe du projet nécessitait une organisation sans faille. Le réseau cantonal étant sous-traité à Spie, et certains applicatifs exploités par Bedag. Il a donc fallu briser la barrière de la langue, et proposer un plan de migration strict mais compatible avec les exigences d’exploitation et de sécurité du canton. Par ailleurs, la coordination et le suivi se devaient d’être parfaits, étant donné la demi-douzaine d’interlocuteurs impliqués.

Steel Blue a dès le départ pris le lead sur le projet, et définissant un plan très clair qui a été proposé au canton, ajoute M. Donzé. Après quelques adaptations, un compromis a été trouvé et le plan a ensuite rapidement été accepté par l’organisme en charge du réseau cantonal. Ce plan permettait une transition en douceur tout en garantissant une sécurité maximale. C’était un défi de taille, compte-tenu aussi des différences d’organisation entre les parties prenantes.

Une fois le plan défini, la migration a été planifiée et exécutée. La date butoir de la fin de l’année 2016 ne pouvait pas être remise en cause. L’échec n’était donc pas une option. La migration avait donc été définie pour se donner le plus de flexibilité possible, afin d’assurer la transition dans les délais impartis. Steel Blue était alors sur le pont pour assurer le suivi, la communication et la coordination entre les différents acteurs. Grâce à une excellente préparation entre Steel Blue et VTX, le passage sur le nouveau réseau s’est même terminé avec un peu d’avance. Et sans que les utilisateurs n’aient rien remarqué.

Steel Blue avait proposé de faire vivre les deux réseaux, l’ancien et le nouveau, en parallèle, et de basculer le trafic progressivement. Avec le recul, c’était la meilleure approche à suivre. Nous avons pu ainsi définir des tâches très granulaires, qui nous évitaient une approche big-bang, et nous permettaient de garder le contrôle complet sur la progression des travaux. Nous avons terminé la transition en avance, et aucun n’utilisateur ne s’est réellement aperçu du changement. Avec la marge que nous avions sur le calendrier, nous pouvions envisager la fin d’année avec sérénité, conclut M. Donzé.

Grâce à la combinaison de son expertise technique et de la maîtrise de la gestion de projet, Steel Blue a permis au Réseau Santé Mentale SA d’atteindre ses objectifs dans les délais impartis. Vous avez vous aussi des défis à relever en 2017 ? vous aimeriez bénéficier d’accompagnement pour réaliser des projets complexes ? Steel Blue peut vous aider à définir des solutions Cloud et les mettre en œuvre en respectant vos contraintes et vos délais. Contactez-nous sans tarder pour les planifier dès maintenant et cibler dans le mille en bénéficiant de nos conseils.

Steel Blue : all inclusive, all right !

Comment éviter de remplacer mes serveurs en fin de vie ?

Toutes les bonnes choses ont une fin. Y compris vos bons vieux serveurs informatiques. Lorsque leurs performances chutent ou que l’espace disque manque, vous savez que leur heure a sonné. Mais aurez-vous le bon réflexe pour les remplacer ? Voici quelques pistes pour vous mettre sur la bonne voie.

Depuis quelques mois, vous l’avez remarqué : accéder à vos fichiers réseau ou votre application de gestion des stocks favorite nécessite pas mal de patience. Les performances ne sont plus au rendez-vous. Sans compter les quelques plantages des dernières semaines qui ne vous disent rien qui vaille. Bref, vous l’avez déjà compris : il va falloir changer votre serveur. La meilleure occasion de revoir votre approche sur la question.

Une histoire de gros sous

Commençons par regarder ce qu’il va vous en coûter. Le matériel pour commencer : quelques milliers de francs à sortir de votre trésorerie pour une machine rutilante et son contrat de maintenance. Puis s’ajouteront les logiciels et leurs licences – Windows notamment. Enfin, les frais d’installation : livraison sur site, déplacement d’un technicien, installation, mise en service, configuration.

A ce stade, le compteur a déjà pas mal tourné. Au bas mot, vous vous en sortirez pour 6’000 à 10’000 francs. Vous devrez y ajouter les frais de projet pour migrer votre application ou vos données. Mais c’est un passage obligé, peu importe la solution que vous adopterez. L’exploitation de votre serveur peut alors commencer.

Des coûts plus ou moins visibles

Une fois votre application en place, vous pouvez à nouveau profiter de votre serveur. Comme tout nouvel équipement, vous en prenez le plus grand soin. Vous décidez de souscrire à un contrat de maintenance, sous la forme de carnets d’heure, payé d’avance. Mais comme les choses ne se passent jamais comme espéré, votre carnet expire avant la fin de l’année, et vous devez le renouveler avant l’heure. Pas idéal pour maîtriser votre budget IT.

Plus de carnets d’heures, et plus de surprises avec les services all inclusive

Tout ceci sans compter sur les frais cachés et les imprévus de votre informatique. Les pannes de matériel, qui vous obligent à rappeler votre technicien : pièces de rechange, déplacement, intervention. On connaît la chanson. Ou plus invisible encore : les coûts d’électricité. Pour un serveur informatique de 750W, comptez 125.- /mois en alimentation. Et n’oubliez pas de doubler ce chiffre, car il faudra refroidir cette machine énergivore…

Un autre chemin est possible

A ce stade, vous vous demandez : mais comment sortir de ce cycle ? La réponse est simple, et elle tient en trois principes : externalisation Cloud, location mensuelle, service tout inclus. Ou autrement dit : passer d’une logique d’investissements lourds à une logique maîtrisée de coûts récurrents. L’externalisation dans le Cloud vous permet de ne plus vous soucier du remplacement de votre matériel. Tout simplement parce que vous dématérialisez votre informatique. En bonus, vous évitez aussi les frais d’électricité.

La location vous fait bénéficier d’un prix fixe tous les mois pour votre serveur, incluant les mises à niveau technologiques et les licences. Elle vous permet de lisser vos coûts et de ne plus avoir à investir. Combinez-la avec un service tout compris, incluant non seulement le serveur mais aussi la main d’oeuvre, et vous saurez au centime près ce que vous dépensez. Mises à jour, support, maintenance, supervision, documentation, rapports d’exploitation : plus de carnets d’heures, et plus de surprises avec les services all inclusive.

Vous pensez encore que tout ceci n’est qu’une utopie ? Nos clients sont là pour vous prouver le contraire. Rejoignez-les dans une démarche Cloud innovante et économique avec Steel Blue, l’unique fournisseur de services informatiques Cloud all inclusive pour les PME suisses. Contactez-nous maintenant pour éviter de remplacer du matériel par du matériel. Et protéger votre budget 2017.

Steel Blue : all inclusive, all right !