Télétravail dans les PME : deux approches, un seul objectif

En matière de télétravail, il y a les patrons réticents, ou encore ceux qui hésitent. Et enfin, ceux qui aimeraient bien mais ne savent pas comment procéder. Laissons les premiers à leur maturation, cela viendra tôt ou tard. Ou pas. Mais pour les intrépides qui souhaitent se lancer, plusieurs approches sont possibles. Dans le Cloud évidemment. Aidons-les à y voir plus clair.

Commençons par une définition simple, voire simpliste, du télétravail : cela consiste tout simplement à exécuter ses tâches dans des locaux autres que ceux de l’entreprise. On pense évidemment au travail depuis la maison, mais pas seulement. Les espaces de coworking se multiplient, qui permettent aux salariés de disposer de bureaux dans des lieux plus proches de leur domicile. Dans tous les cas, les contraintes pour réaliser l’ensemble des ses tâches sont les mêmes. Il faut que le métier s’y prête, et que les outils soient disponibles.

Le télétravail, pour qui et comment ?

Tout d’abord, une pointe de réalisme : le télétravail ne s’applique – essentiellement – qu’au tertiaire. Difficile de demander à un tourneur d’emmener sa machine à la maison… Les emplois de service, dont les supports de travail sont de plus en plus dématérialisés, sont les candidats idéaux au travail à distance. D’ailleurs, il est de plus en plus rare de voir des employés venir avec un cartable ou un sac pour transporter des liasses de papier. Le laptop a pris la place du porte-documents.

Pour ces catégories d’employés, télétravailler nécessite de retrouver dans les locaux distants les mêmes ressources qu’au bureau. Ce qu’on appellera leur environnement de travail. Dans les grandes lignes, ils ont besoin d’un poste de travail , c’est-à-dire le bureau d’un ordinateur et ses icônes, qu’il soit physique ou virtuel. Ensuite, ils requièrent l’accès aux fichiers de l’entreprise, et aux applications du quotidien. A commencer par la sempiternelle et incoutournable suite Office (j’admets, il existe des alternatives, les puristes ne m’en voudront pas). Mais aussi les applications dites « métier », et les applications support : comptabilité, ressources humaines. Pour que le panorama soit complet, ajoutons les outils de communication (email, téléphonie, audio-conférence et visio-conférence).

Vos données, partout

Pour fournir tout cela au télétravailleur motivé, il est possible de procéder de deux façons radicalement opposées. En résumé, soit les données suivent l’utilisateur sur tous ses appareils, soit c’est un environnement de travail unique qui devient accessible depuis n’importe où

Concrètement, le 1er cas consiste à répliquer les données de travail sur les différents appareils qui seront exploités par l’employé. Le poste personnel à la maison, le laptop pour aller travailler en espace de coworking, et le poste fixe du bureau. Sur tous ces appareils, les applications locales doivent être installées, mises à jour et maintenues. En premier chef : Office. Heureusement, cela ne pose pas de souci de licence, puisqu’Office365 permet 5 installation concurrentes sur des postes fixes, et 5 autres sur des tablettes, pour le même prix. Un outil de synchronisation des données professionnel – OneDrive ou Workdocs pour ne pas les citer – se chargera de maintenir les données à jour entre les appareils. Et une solution de collaboration comme Sharepoint facilitera le partage de documents en ligne et le travail collaboratif.

Plutôt que de laisser les données venir à vous, laisser vos employés aller aux données. Partout.

Mais si cette solution peut paraître avantageuse, elle pose toutefois un souci de sécurité : le périmètre des données de travail n’est pas étanche, et vos données sont répliquées sur des postes que vous ne maîtrisez pas… heureusement, il existe des systèmes de garde-fou, qui restreignent les possibilités de copie, mais limitent en même temps les fontionnalités.

Votre réseau, fermé

Reste alors la possibilité de prendre un chemin complètement opposé : plutôt que de laisser les données venir à eux, laissez vos employés aller aux données. Partout. Pour cela, vous mettez en place des environnements de travail dématérialisés, sous la forme d’un poste virtuel ou d’un bureau virtuel. Résultat, les données restent circonscrites au réseau de l’entreprise, et la seule chose qui voyage entre ce réseau et l’utilisateur, c’est l’affichage du bureau. Les applications sont installées une seule fois, la maintenance se limite à l’environnement virtuel de l’utilisateur. Qui peut même exploiter son propre matériel, puisque la porosité entre le réseau d’entreprise et son PC est nulle. De quoi éviter les fuites de données, telle que celle découverte récemment à Heathrow. Avec la contrainte non-négligeable toutefois de toujours avoir une connexion Internet à disposition.

Résultat des courses ? Vous avez le choix des armes pour mettre en place sereinement le télétravail dans votre PME. Dans les deux cas, ça se passera dans le Cloud, vous nous connaissez. Mieux que ça : vous pouvez tout à fait mixer les deux approches. Laisser les collaborateurs accéder à un environnement virtuel, mais profiter aussi d’une synchronisation partielle des données pour les rares cas où la connexion Internet ne sera pas disponible. C’est exactement le type de solution que nous préconisons chez Steel Blue. Mieux : nous l’utilisons au quotidien. Et si vous souhaitez voir à quoi ça ressemble, pas de souci, entrez votre adresse email ci-dessous laissez-vous aller à un clic. Nous nous ferons un plaisir de vous présenter ces technologies qui facilitent le travail. Et pour les plus courageux, nous pourrons même mettre un environnement de travail virtuel à disposition, gratuitement. De quoi faciliter votre premier pas vers le télétravail.

Steel Blue : all inclusive, all right !

lang: en_US

Entrepreneurs suisses : 5 signes qui montrent que vous êtes mûr pour le Cloud

On ne va pas se mentir : l’informatique est vécue comme un mal nécessaire par les PME. Coûteuse, pas toujours fiable, il faut souvent « faire avec ». Ce qui n’incite pas les entreprises à la faire évoluer. Dommage, car le Cloud résout bon nombre de ces écueils. Quelques indices devraient vous mettre la puce à l’oreille : vous êtes probablement prêt à faire le pas. Florilège.

Vous savez ce que c’est mais vous ne savez pas quoi en faire

Difficile d’y échapper si vous lisez la presse dédiée aux entreprises, ou même les journaux grand public : le terme Cloud revient en boucle. Mais tout comme sa représentation, cela reste assez flou pour vous. Vous avez compris qu’il s’agit de services informatiques hébergés sur Internet, mais sans plus. Et pourtant, une petite voix vous dit qu’il doit y avoir un intérêt pour votre business dans ces technologies. Et qu’il serait bon de ne pas rater le train. Ok, mais pour où commencer ?

Comme bien des concepts informatiques, le Cloud est large. Très large. Dès lors, difficile de savoir ce qui vous concerne, et comment l’appliquer au cas de votre entreprise. Logiciels en ligne, infrastructure virtualisée, bases de données hébergées, Cloud hybride : il y a de quoi s’y perdre, je vous comprends. Mais finalement, ça n’a rien d’étonnant. Le panel des solutions Cloud a explosé ces dernières années si bien que les possibilités sont presque infinies. La solution ? Faites appel à un expert, qui pourra analyser votre métier et identifier vos besoins et vos contraintes. Mais surtout, comprendre comment vous voyez évoluer votre société. A partir de là, il sera assez simple de définir quels services Cloud sont le plus adaptés pour vous. Et surtout, quels avantages en tirer. Je vais y revenir.

Vous ne savez pas combien vous aurez payé pour votre informatique à la fin de l’année

Vous êtes abonné aux carnets d’heures et aux factures de service informatique à géométrie variable ? Chacune des interventions réalisées pour vous est décomptée, et si les choses se passent mal c’est la double peine : non-seulement vous avez subi des désagréments, mais il faut remettre la main à la poche quand le carnet est épuisé. Et alors vos coûts s’envolent. Si bien qu’à la fin de l’année, difficile de faire coïncider budget et dépenses effectives…

Passer dans le Cloud, c’est la garantie de ne plus garder de mauvais souvenir informatique.

Utiliser le Cloud pour votre informatique d’entreprise, c’est avant tout la possibilité de souscrire des ressources à la demande. Et aussi d’en supprimer, si jamais. Si cette souscription s’accompagne de services tout inclus (maintenance, mises à jour, support), alors c’est le bingo. Votre tarif est connu à l’avance, et vous savez combien vous aurez dépensé sur l’année. Simple règle de trois. Facile non ? Prenons un exemple : vous avez prévu de lancer un site eCommerce dans l’année pour une période limitée. Pas d’investissement matériel en vue, votre serveur Cloud vous coûtera un montant fixe pour les 3 mois de votre campagne, et à la fin de l’opération vous arrêtez les frais. Vos dépenses sont prévisibles, votre budget respecté, votre trésorerie protégée.

Votre dernier achat de matériel vous est resté en travers de la gorge

Ce qui vous fait le plus hésiter à passer par la case investissement, c’est justement votre dernière facture informatique. Un serveur digne de ce nom, les licences, les frais d’installation et d’intégration dans vos locaux : on parle rapidement de sommes à 5 chiffres par machine. Et c’est encore pire si cet achat a été effectué sous la contrainte, dans l’urgence d’une panne, et que vous n’avez pas vraiment eu le choix.

Passer dans le Cloud, c’est la garantie de ne plus garder de mauvais souvenir informatique. Vous n’achetez plus, vous louez. Vous limitez donc vos investissements aux coûts liés à la configuration initiale de vos ressources Cloud ou la migration de vos données. Mieux : si une mise à jour du « matériel » ou du serveur Cloud est nécessaire, par exemple pour gagner en puissance, vous changez tout simplement de niveau de service, sans devoir racheter quoi que ce soit, ou rester avec une ancienne machine sur les bras. Tentant non ?

Votre matériel est à bout de souffle mais vous n’avez aucune envie de le remplacer

La situation est bien connue : votre serveur de fichiers ou de messagerie donne des signes de faiblesse, mais ça n’est pas moment de le remplacer. Vous avez d’autres priorités pour votre trésorerie : le budget marketing ou l’embauche d’un nouveau collaborateur. Alors vous faites tenir cette satanée bécane comme vous pouvez : investissements minimum, réparations au dernier moment, quelques patches et quelques rustines feront l’affaire. Et vous croisez les doigts pour que cela tienne encore quelques mois.

Sans oser l’avouer, vous sentez que votre informatique n’est plus à la hauteur. Le Cloud peut changer la donne.

Mais si vous ne pouvez – ou ne voulez – pas le remplacer, n’y a-t-il pas une alternative à l’échange un pour un ? Evidemment ! Vous pouvez vous contenter de remplacer votre matériel poussif par un serveur tout neuf dans le Cloud. Sans devoir investir, puisque vous allez le louer. Vous transformez vos dépenses d’investissement en frais opérationnels, et vos frais sont lissés sur l’année. Mieux : comme les technologies Cloud évoluent en permanence, vous pouvez bénéficier de mises à jour du matériel sans payer un centime de plus. Qui l’eut cru ?

Vous aimeriez moderniser votre outil de travail, mais pas investir

En lisant la presse ou en discutant avec confrères et clients, vous les entendez parler de nouveaux outils. Sans oser l’avouer, vous sentez que votre informatique n’est plus à la hauteur. Surtout, vous vous dites que vous pourriez changer vos méthodes de travail et gagner en efficacité : généraliser le télétravail, améliorer la mobilité de vos équipes, faciliter l’accès aux fichiers, sécuriser vos données. Ok, mais à quel prix ?

Si vous avez suivi jusqu’ici, vous aurez compris que les services Cloud vous permettent d’adapter en permanence vos dépenses à vos besoins, et que vous pouvez les lisser dans le temps via des forfaits. Surtout, ces abonnements vous donnent accès à des services qui étaient réservées auparavant aux grandes sociétés. Prenons un exemple :  la visio-conférence d’entreprise est maintenant accessible pour quelques francs par mois et par utilisateur. Elle vous laisse inviter des dizaines de personnes, même externes à votre compagnie, pour présenter un rapport ou une offre, ou même réaliser un Webinar. Tout cela sans devoir faire un gros chèque.

Vous vous reconnaissez dans certaines de ces situations ? Je ne serais pas étonné, c’est ce que nous constatons au quotidien chez les entreprises que nous rencontrons. Les solutions sont là. Libre à vous de les activer à votre rythme. Venez prolonger la discussion avec nous grâce au formulaire ci-dessous. Vous aurez maintenant le choix d’exploiter le Cloud pour résoudre ces contraintes du quotidien.

Steel Blue : all inclusive, all right !


Une faille de sécurité WiFi affecte certainement votre entreprise. Et voici pourquoi.

Alerte ! Le WiFi que vous utilisez dans votre PME a probablement une faille de sécurité. Des chercheurs ont découvert que le protocole sans fil le plus utilisé dans le monde pouvait être exploité par des pirates. Avec à la clé une exposition des données sensibles, telles que mots de passe et cartes bancaires. Pas de panique, voici de quoi vous sauver la mise.

Répondant au doux nom de Krack, cette brèche permet aux pirates de s’introduire entre l’utilisateur et le réseau sans fil et d’intercepter des données. Annoncée le 16 octobre 2017, la faille a été gardée secrète pendant plusieurs semaines, afin de laisser le temps aux fabricants et éditeurs de logiciels de développer des parades. Comment vérifier si votre entreprise est affectée ? Et comment se prémunir au mieux des risques à l’avenir ?

Le réflexe des mises à jour

Première précaution : assurer que tous vos appareils sont à jour. Cela comprend vos natels, vos ordinateurs portables, mais aussi vos tablettes, et surtout vos équipements réseau. Mes équipements quoi ? Evidemment, peu de monde se soucie de la box Internet qui a été posée là il y a quelques années, et qui tourne silencieusement. Ou encore de l’antenne WiFi perchée sur un mur et que plus personne ne voit. Ah ! çe n’est donc pas un luminaire en panne ?

L’intérêt de cette histoire est de mettre en lumière ces équipements : eux aussi ont aussi besoin de bons soins. Les routeurs utilisés par les PME sont maintenant équipés pour la plupart avec un accès WiFi intégré. Et ils sont donc concernés par la faille Krack, soyez en sûr. Vous devez donc être certain qu’une mise à jour est disponible pour la contrer.

Cela sera d’autant plus facile à faire si vous utilisez du matériel professionnel. Les constructeurs prennent un soin particulier à privilégier le déploiement de mises à jour sur le matériel dédié aux entreprises. Question d’image, et de risque aussi : ils ne voudraient pas être poursuivis pour avoir mis en danger les affaires de leurs clients. Si votre PME utilise un routeur ou un point d’accès WiFi grand public, la mise à niveau risque de se faire attendre plus longtemps que prévu. Ou de ne pas arriver du tout pour le matériel bas de gamme en provenance d’Asie. Toute chose à un prix.

Que des mises à jour soient disponibles est une chose. Encore faut-il les appliquer. Un prestataire professionnel s’en chargera.

Confiez les clés aux experts

Maintenant, vous allez me dire que réaliser ces mises à jour n’est pas votre tasse de thé. Je vous comprends. Bonne nouvelle : toutes ces actions de maintenance peuvent être réalisés à distance, et de manière automatique. Par exemple : les natels de votre entreprise peuvent être gérés de telle sorte que les mises à jour y soient poussées dès leur disponibilité. Et que la connexion au réseau WiFi de l’entreprise soit inopérante tant qu’elles ne sont pas appliquées. Idem pour votre parc de laptops : il et possible de forcer les mises à jour Windows vers l’entier des machines. Enfin, et c’est ce qui nous préoccupe, votre réseau WiFi peut entièrement configuré à distance, mises à jour comprises.

Idéalement, vous aimeriez confier cette surveillance à une équipe de professionnels. S’appuyant sur des matériels éprouvés, rompue aux questions de sécurité, et capable d’en assurer le suivi adéquat. Si vous ne disposez pas encore de matériel d’entreprise digne de ce nom, et que vous ne savez plus si quelqu’un est responsable de vos mises à jour, vous avez besoin d’un tel interlocuteur. Suivez mon regard… Steel Blue vous propose des routeurs et accès WiFi professionel en location, 100% gérés, incluant les mises à jour et leur déploiement. Nous vous proposons aussi de gérer et protéger votre parc mobile (natel, laptops) grâce à nos solutions 100% en ligne.

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous sur le formulaire ci-dessous pour un état des lieux et la suggestion de quelques solutions. Une surprise vous y attend : pour vous aider à franchir le pas, nous vous offrons une borne d’accès WiFi professionnelle et sa licence Cloud pour une année. Gratuitement.

Steel Blue : all inclusive, all right !


Faille de sécurité WiFi mondiale Krack : Steel Blue vous protège pour CHF 0.-

Krack, vous connaissez ? Il s’agit de la dernière faille de sécurité WiFi à l’échelle du globe, touchant plusieurs centaines de millions d’appareils. Et probablement vous.

Révélée le 16 octobre 2017, elle affecte le protocole sans fil le plus utilisé dans le monde (WPA2) et permet à un pirate d’intercepter des données échangées entre vos appareils et votre réseau d’entreprise. Mots de passe ou numéros de carte bancaire pourraient être compromis.

Tous les appareils exploitant ce protocole, c’est-à-dire une très large majorité dans le monde, sont concernés. Les fabricants et éditeurs de logiciels déploient graduellement des mises à jour. Encore faut-il les appliquer sur votre matériel…

Le meilleur moyen de vous en assurer ? Equipez vos bureaux d’une borne WiFi professionnelle Cisco Meraki, gérée à distance et maintenue à jour par Steel Blue. Vous n’en avez pas les moyens ? Ca tombe bien, on vous offre le matériel. Gratuitement et sans engagement. Avec la licence Cloud pour une année.

Les bornes d’accès Cisco Meraki vous font bénéficier de performances et d’une sécurité professionnelles pour votre accès sans fil en entreprise. Les services de gestion Steel Blue vous garantissent en plus la supervision, le suivi et les mises à niveau dans les meilleurs délais. Afin que vous gardiez l’esprit tranquille.

Votre meilleure défense sera donc l’attaque. Protégez vos affaires avec des équipements professionnels, et faites face aux prochaines menaces en toute confiance.

Prenez contact avec nous grâce au formulaire ci-dessous pour connaître les modalités d’obtention de votre borne et de sa licence. C’est complètement gratuit et sans engagement de votre part.

Steel Blue : all inclusive, all right !