Jour J pour Windows Server 2003

Votre informatique fonctionne à merveille, vos serveurs sont réglés comme des horloges. C’est parfait. Néanmoins, même si tout tourne sans accroc, la réalité risque de vous rattraper, car c’est le jour J : Microsoft met fin au support de Windows Server 2003 ce mardi 14 juillet.

« Certes, mais en quoi cela me concerne-t-il ? » nous direz-vous. Steel Blue va vous l’expliquer simplement. Et vous dire en quoi la fin de vie d’un des systèmes les plus utilisés au monde pourrait avoir des impacts sur votre activité. Comme 85% des entreprises utilisatrices de ce système, et qui n’ont pas encore migré. Il est temps d’agir, et vite.

Etre à jour, ou pas

La fin du support d’un produit Microsoft signifie en particulier que l’éditeur n’en proposera plus de mises à jour. En particulier, les correctifs de sécurité. Ces « patches » sont distribués de manière automatique ou installés à la demande. On parle ici de plus de 20 millions de système à travers le monde concernés.

Peut-être allez-vous penser que le produit est éprouvé et ne comporte plus de failles. La découverte récente de l’une d’entre elles dans le monde Linux (Heartbleed pour les intimes) nous prouve le contraire : elle y était présente depuis des années. Et les hackers de tout poil pourraient bien bénéficier de l’aubaine pour ausculter Windows Server 2003 d’un peu plus près, puisque les vulnérabilités qui y seraient décelées resteraient inchangées.

Vérifiez quel système vous utilisez

Par où démarrer alors ? Commencez par vérifier quel système vous utilisez. Si vous ne savez pas, demandez à votre prestataire de service. Si vous n’en avez pas, tout n’est pas perdu : nous pouvons vous faire profiter de notre aide.

Une fois la version du système identifiée, assurez-vous qu’il soit à jour. S’il ne s’agit pas de Windows Server 2003, faites-le quand même. Dans le cas contraire, adoptez la même démarche : vérifiez ou faites vérifiez que les mises à jour critiques ont été effectuées. Et faites installer toutes celles manquantes, en vous assurant de ne pas casser votre environnement (une sauvegarde préalable est plus que conseillée).

Mais même mis à jour, votre serveur demeure doté de Windows Server 2003, un système vieux de… 12 années, évidemment.

Posez-vous les bonnes questions

La situation est grave, mais pas désespérée. Toutefois le temps joue contre vous. Examinons quelques pistes.

A moins de vouloir jouer avec le feu, vous devrez migrer vers une version de Windows plus récente. Si vous voulez conserver votre application telle quelle, assurez-vous qu’elle est compatible avec une version moderne de Windows Server. Si tel n’est pas le cas, vous devrez aussi la mettre au goût du jour. Et votre matériel également, car votre machine actuelle ne sera probablement pas compatible, ou adaptée, à une version de Windows Server contemporaine.

Autre cas de figure, vous décidez de ne rien toucher : il se peut que dans un futur proche, votre serveur vous lâche. Dans ce cas, votre nouvelle machine ne sera probablement pas compatible non plus avec Windows Server 2003 si vous décidez de réinstaller cette vénérable version telle quelle depuis une sauvegarde.

Si vous avez suivi jusque-là, vous l’aurez compris : posséder Windows Server 2003 aujourd’hui impliquera fatalement un changement de matériel dans un futur très proche. En plus de l’adaptation éventuelle de vos applicatifs. La facture risque d’être salée.

Sortez gagnant

On ne saurait que trop vous conseiller de tirer parti de cette situation pour la renverser à votre avantage. Pourquoi ne pas vous lancer dans la location de matériel, plutôt que d’acheter ? Vous serez toujours assuré d’avoir le meilleur de la technologie, sans investissement.

Dans ce domaine, Steel Blue combine l’externalisation du service et du matériel. Nos forfaits mensuels vous permettent de maîtriser votre budget, et vous garantissent de changer de serveur sans vous arracher les cheveux. Comme ils sont tout compris, nous appliquons aussi les mises à jour de sécurité en fonction de vos contraintes (horaires par exemple) en plus de gérer vos applicatifs. Deux précautions valant mieux qu’une, nous les surveillons en temps réel, en plus de votre réseau et de vos données.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, il est fort probable que ce passage à la location et l’externalisation vous fasse faire des économies : moins de courant à payer, moins de risques de pannes, de vol ou d’incendie, moins de réparations qui explosent votre budget. Et votre fiabilité en sort grandie. Au tarif imbattable de nos prestations.

Finalement, cette menace n’est rien d’autre qu’une opportunité unique de changer votre modèle informatique. Venez en parler avec nous, nous vous conseillerons. Windows Server 2003 ou pas.

Steel Blue : all inclusive, all right !


Coup de chaud sur votre informatique

L’épisode caniculaire qui s’est abattu sur la Suisse occidentale ces derniers jours nous rappelle combien la température ambiante peut influer sur nos performances. Ralentissement général du rythme de travail, recherche du frais : chacun subit ces fortes chaleurs.

Votre informatique n’est pas épargnée. Ce vrombissement de ventilateur, c’est votre ordinateur portable qui cherche aussi le frais. Et cette batterie de smartphone qui se vide, c’est encore l’effet de la chaleur. Vos serveurs sont logés à la même enseigne : ils n’aiment pas les variations de température. Et vous le feront savoir tôt ou tard.

Effets indésirables

Une augmentation de température de 10° C peut aboutir à une hausse de consommation électrique de 15 à 20%. Pas de souci si vous avez une climatisation pour le rafraîchir. Mais c’est ce refroidissement qui engendrera alors la surconsommation électrique.

Mais surtout, plus que les coups de chaud, ce sont les variations du mercure qui font souffrir l’électronique. En particulier les disques durs qui stockent vos chères données. Et ce sont eux les principaux responsables des pannes serveurs. Le réchauffement de 10° C d’un disque dur peut dans certaines conditions doubler ses chances de panne. Vous risquez donc de devoir remplacer votre serveur plus rapidement. Ou de faire face à une panne. Et qui dit panne, dit risque de perte de données.

C’est dans ce genre de situation que l’effet Cloud intervient.

Le Cloud est votre allié

D’une part, le matériel y est protégé de façon industrielle des changements de température ambiante. Pour tout dire, le Cloud ne connaît pas les canicules, ou en tout cas ne les subit pas. Vous disposez de conditions d’exploitation ultimes. Et accessoirement, l’augmentation des températures ne donnera pas la fièvre à votre facture d’électricité.

Ensuite, le fait d’externaliser vos serveurs dans le Cloud vous met de facto à l’abri d’une obsolescence prématurée. Et donc d’un remplacement de serveur anticipé et d’investissements lourds dans le meilleur des cas. Nous sommes prêts à parier que vous vous en passerez volontiers.

Mais surtout, vos données sont à l’abri des pannes. Le Cloud leur offre un parasol contre les coups de chaud. De manière générale, vous bénéficiez d’une redondance hors pair. Parce que la chaleur n’est pas non plus la seule cause de toutes les pannes.

Le mélange parfait

Vous l’aurez compris. Ce coup de chaud est un révélateur des avantages indéniables d’une externalisation dans le Cloud. Dans les grandes lignes, cela vous permettra de maîtriser vos coûts tout en réduisant les risques d’exploitation de votre informatique.

Ajoutez-y les bénéfices des forfaits all inclusive de Steel Blue et vous serez conquis :
– un service tout compris, incluant la location mensuelle du matériel et la main d’oeuvre illimitée (support, maintenance);
– des forfaits mensuels qui vous évitent les mauvaises surprises;
– un interlocuteur unique pour vous occuper de vos serveurs et de vos données;
– une supervision permanente parce que la chaleur n’est pas votre unique ennemie.

N’hésitez plus, et prenez contact avec nous pour un rendez-vous : nos conseils ne sont pas en congés.

Pour vos vacances, on ne sait pas. Mais pour votre informatique, c’est tout vu : all inclusive, all right !


Une externalisation informatique complète, en douceur

Le Cloud, vous en entendez parler. Dans la presse, à la télé, chez vos confrères. Sans trop savoir quels bénéfices votre entreprise pourrait en tirer. Et pourtant, cette petite musique résonne dans votre tête. Il doit bien y avoir un intérêt ! Et vous avez raison. Mais le temps passe. Et vous vous dites que vous pourriez bien rater le coche. Vous avez encore raison.

C’est maintenant que vous devez agir, avant que vos concurrents ne le fassent à votre place et qu’ils donnent à leur informatique un avantage décisif.

Dans cet article, nous allons vous démontrer comment vous aussi, vous pouvez « passer dans le Cloud ». Mieux que ça : nous allons vous montrer à quel point c’est simple et avantageux. Avec l’aide de Steel Blue évidemment.

Vous, rien que vous

Faisons une hypothèse : vous êtes une fiduciaire, ou un cabinet d’architecte. Ou… Peu importe en fait, vous êtes vous, ce qui suit s’applique à toute PME d’ici et d’ailleurs. Mais surtout à la vôtre.

Au fil des ans, votre informatique s’est étoffée. Et vous avez accumulé les serveurs : messagerie, serveur de fichiers, intranet, base de données, gestion de la clientèle. Il a fallu parfois improviser. A tel point que vos machines se trouvent à l’étroit dans un local annexe. Sans climatisation digne de ce nom. Coup de chance : vous disposez d’une alimentation électrique sécurisée. A quand remonte son dernier contrôle ? Aïe… elle pourrait bien vous jouer des tours…

Bref, comme toute PME, vous avez naturellement fait grandir votre parc matériel, aujourd’hui vieillissant. Mais sans adapter forcément les conditions d’exploitation.

Externalisation informatique complète - Etape #1

Sans surprise, les risques que vous prenez sont élevés :
– vieillissement accéléré du matériel en période de forte chaleur ;
– risque important de panne et d’indisponibilité des données ;
– lourds investissements de renouvellement à prévoir ;
– des coûts d’exploitation cachés, mais pourtant bien réels.
En un mot comme en cent : vous ne maîtrisez plus vraiment les risques, et vous ne contrôlez pas vos coûts.

Pas convaincu ? Un rapide calcul montre que les seuls frais d’électricité d’un serveur de 300W se montent à près de 2’000 francs par an ! Rajoutez-en autant pour la climatisation. Auriez-vous fait cette estimation ?

Evidemment, une externalisation informatique complète vous traverse parfois l’esprit. Mais vous avez toujours reculé devant l’obstacle : exposer vos données au reste du monde ? jamais !

Bien au contraire, vous allez les protéger. Et voici comment.

Du plus simple au plus… simple

Procédons par étape. Pour commencer, que diriez-vous de migrer vos applications Web ? Ce sont celles que vous utilisez via votre navigateur Internet. Grâce à des certificats et une gestion élaborée de l’accès à Internet, vous pouvez tout à fait déplacer ces services sans changer quoi que ce soit. Si ce n’est l’adresse que vous devrez taper dans le navigateur. Vous disposez dans ce cas d’une première barrière de protection, et les données de vos applications sont cryptées entre le Cloud et vous. Aucun risque de vous les faire écouter par on ne sait qui. Suivez mon regard.

A vous la location mensuelle tout compris Steel Blue. Avec un de nos serveur de base, comptez 25% d’économie par rapport à un serveur hébergé chez vous. Pour un service incomparable. Notre support est sans limite. Et le serveur vous est dédié : vous ne le partagez par avec d’autres clients. Sauvegardes et surveillance comprises. Gestion complète par nos soins et 99.99% de disponibilité des données.

Externalisation informatique complète - Etape #2

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Au lieu d’externaliser dans le Cloud, imaginez plutôt y privatiser vos services. Rien de plus simple ! Vous pouvez connecter vos bureaux au Cloud via une liaison sécurisée. Une sorte de gilet pare-balles pour vous données. Et voilà ! A vous le réseau privatif virtuel.

Mettre en place une telle solution est un jeu d’enfant. Remplaçons votre box Internet par un routeur professionnel. Et comme on ne change pas un équipe qui gagne, louez-le, il sera garanti à vie ! Toujours à la mode Steel Blue : surveillance incluse, forfait mensuel tout compris.

Une fois la connexion en place, vous pouvez tout simplement migrer le reste de vos serveurs chez Steel Blue. Avec le déploiement des réseaux de fibre optique et l’explosion des vitesses, nul doute que vos utilisateurs ne verront pas la différence. Vous, si… à la fin de chaque mois.

Externalisation informatique complète - Etape #3

Des gains tangibles, dès le premier jour de l’externalisation informatique

Résumons :
– votre connexion au Cloud est isolée et sécurisée ;
– vos serveurs sont migrés au bout de cette connexion privée, et vous sont dédiés ;
– vous louez vos serveurs et votre réseau, gérés à 100% via des forfaits tout compris ;
– vos données sont sauvegardées sans surcoût.

Les bénéfices sont immédiats :
– vous vous libérez du matériel et des risques qui vont avec (panne, incendie, vols) ;
– vous contrôlez votre budget: finis les investissements lourds, vous passez à la location tout en économisant ;
– vous êtes tranquille : nous nous occupons de tout, et tout est compris dans votre forfait ;
– vous êtes plus efficace : vos données sont disponibles à des taux hors pair, vous gagnez du temps.

Que demander de plus ? Et bien justement : le passage au Cloud rend vos applications mobiles ! Ajoutez une pointe de WiFi Steel Blue, et vous serez gagnant sur toute la ligne.

La touche finale maintenant : vous venez d’ouvrir un succursale à Zürich. Vous allez nous adorer : la connecter à votre informatique sera aussi simple que d’ajouter un de nos fameux routeurs. En location bien sûr, vous l’aviez deviné. Mais ceci sera l’objet d’un prochain article.

Alors, ne réfléchissez plus. Contactez-nous et profitez de notre essai gratuit pendant un mois. Vous n’en reviendrez pas.

Steel Blue : all inclusive, all right !