Articles

Connaissez-vous le DaaS (Desktop as a Service) ?

Il y a quelques semaines, Microsoft a annoncé la mise à disposition en preview de son DaaS (Desktop as a Service). Après les serveurs, la messagerie ou encore la suite Office, Microsoft met à disposition l’un des derniers maillons manquant à la dématérialisation de l’informatique dans le Cloud : un poste de travail virtuel. Découvrez en vidéo tout ce que vous devez savoir sur le DaaS.

Cette annonce récente nous donne l’occasion de parler du Desktop as a Service. Fonctionnement, fournisseurs, usages, avantages : un véritable tour d’horizon en moins de 3 minutes. Vous aurez ainsi quelques billes de plus dans votre sac pour aborder sereinement le renouvellement (ou pas) de votre parc informatique. Bon visionnage !

 

 

Envie de tester un poste de travail virtuel dans le Cloud ? Prenez contact avec nous en ajoutant votre adresse e-mail juste ci-dessous.

 

Vos ordinateurs vous coûtent trop cher ? Passez au bureau virtuel, et profitez de notre coup de pouce.

La tendance dans les PME est forte en cette rentrée : elles envisagent de plus en plus de dématérialiser leurs postes de travail. Et de les externaliser dans le Cloud. Avec Steel Workspace (bureau virtuel), nous avons tout pour les aider. Et même un peu plus, puisque nous baissons leur prix.

Un ordinateur virtuel géré pour moins de 100.-, c’est possible ? Au regard du potentiel croissant que les postes virtuels suscitent sur le marché, nous avons décidé de répondre positivement à cette question et de les rendre encore plus attractifs. Nous procédons à la rentrée à une baisse de tarif importante sur l’ensemble de notre gamme, et sans réduction du niveau de service.

Dans le détail, voici quelques exemples de diminution de tarif que nous allons appliquer :

  • Steel Workspace Standard (notre bestseller), 99.- /mois au lieu de 109.-, soit une baisse de près de 9%
  • Steel Workspace Performance, 124.- /mois au lieu de 159.-, soit une baisse de près de 22%

Pour rappel, notre milieu de gamme Steel Workspace Standard est parfait pour la bureautique, et vous offre pour 99.- /mois, service inclus :

  • processeur :  2 vCPU
  • mémoire : 4 GB de RAM
  • disque dur : 50 GB SSD + 80 GB système
  • interface Windows 7 ou Windows 10

Comment fonctionne notre bureau virtuel Steel Workspace ?

Steel Workspace est un poste de travail virtuel hébergé dans le Cloud et entièrement managé par Steel Blue. Le principe est simple : votre périphérique (ordinateur portable ou fixe, terminal Dell Wyse, tablette) s’occupe uniquement de l’affichage sur votre écran. Le calcul et le stockage des données sont traités dans le Cloud. Vous vous affranchissez ainsi des risques de panne et vous gagnez en mobilité. Steel Workspace est un service « all inclusive » et comprend :

  • des ressources dédiées et garanties (processeur, mémoire, disque dur)
  • 2 sauvegardes quotidiennes des données stockées sur le poste
  • la maintenance et les mises à jour
  • un support utilisateur illimité en temps
  • un disponibilité des données garantie à 99,99%
  • la supervision et la documentation

Faites des économies sur votre parc informatique

Nos études de cas clients le montrent : le remplacement des postes de travail physiques par des postes virtuels permet de réaliser une économie d’environ 15% avec un amortissement de 36 mois (achat de l’ordinateur, licence Microsoft, maintenance, support utilisateur). Soit environ CHF 440.- d’économie sur 3 ans par ordinateur.

Vous aimeriez connaître le détail de nos calculs ? Consultez les articles suivants :

Au fil des ans, la location mensuelle d’un bureau virtuel vous permet d’éviter les investissements lourds tout en économisant sur les frais d’exploitation, comme le résume notre infographie ci-dessous. Et vous ne subissez plus non plus le coût des pannes, des pièces de remplacement, et des pertes d’exploitation causées par une machine hors d’usage.

Poste virtuel Cloud - Comparatif

 

Notre location mensuelle sans engagement vous permet aussi de réduire la voilure si votre activité ralentit, pour vous éviter de vous retrouver avec du matériel sur les bras.

Pourquoi une baisse de prix de nos bureaux virtuels

Fidèle à nos engagements, nous nous efforçons de maintenir des prix justes pour nos clients, dès que les conditions du marché le permettent. En cela, nous appuyer sur les leaders du Cloud public nous donne une extrême réactivité. Nous poursuivrons ces efforts dans les mois et années à venir pour vous faire bénéficier de baisses de tarif, lorsque cela est possible.

Si vous n’êtes pas encore client, profitez de notre nouvelle gamme de prix (à partir du 1er septembre) pour évaluer le déploiement de bureaux virtuels dans votre environnement. En commençant par un test gratuit d’un mois. N’hésitez plus et inscrivez-vous ci-dessous dès maintenant. Vous verrez, vous n’en reviendrez pas, au propre comme au figuré.


Faites un effort pour la planète, passez au Cloud !

La nouvelle avait fait sensation : une recherche Google consomme l’énergie nécessaire à faire chauffer une bouilloire. Mais l’informatique mondiale ne consomme finalement pas tant que ça. Les vertus du Green IT se trouvent ailleurs. Explications.

Les émissions de CO2 générées par les Technologies de l’Information et de la Communication représentent environ 2% de la pollution mondiale. Si l’on s’attarde sur les pays les plus accrocs aux nouvelles technologies (Etats-Unis, Japon, Europe), le pourcentage sera plutôt de l’ordre de 5 à 6 %.

Cette proportion est finalement faible, et même si cette consommation électrique deviendra rapidement un enjeu, le véritable problème écologique de l’informatique se trouve ailleurs : au niveau du recyclage des composants qui forment nos serveurs et nos ordinateurs. En 2016, seulement 20% de ces composants ont été collectés et recyclés. Et ils sont constitués de nombreux produits chimiques dangereux : cadmium, plomb, béryllium, mercure, chrome hexavalent… qui finissent dans la nature.

Les solutions Cloud à la rescousse de la planète

Pour adresser à la fois la question du recyclage et celle de la maîtrise énergétique, ni une ni deux : l’externalisation de votre informatique constitue la voie royale. Voyons comment dans le détail.

Commençons par vos serveurs : la consommation électrique et la production de froid pour leur maintien dans vos bureaux rerpésente énormément d’énergie (comptez environ 500 W par machine). Si l’on ajoute à cela le taux moyen d’utilisation d’un serveur à domicile (15 % en moyenne), on comprend ce que gaspillage signifie.

En passant dans le Cloud, on réduit grandement le nombre de serveurs nécessaires et on évite la surconsommation. Le taux d’utilisation moyen d’un serveur passe alors de 15% à 65 %.

Les récalcitrants opposeront à cette démarche la sécurité des données et les risques associés. Faisons l’analogie avec votre trésorerie. Vous ne la laissez plus dans un coffre-fort au fin fond de votre bureau, non ? Faites de même avec vos données, elle seront plus en sécurité dans le Cloud !

Allons encore un peu plus loin : les grands centres de données (Amazon, Azure) de par leur conception énergétique et le choix de leurs équipements sont 29 % moins énergivores que les datacenters locaux. Et certains grands hébergeurs comme Amazon mettent en place des fermes d’énergie renouvelable (panneaux solaires et éoliennes). Amazon possède déjà des datacenters « zéro émissions carbone » (à Francfort et en Irlande pour les plus proches). Le calcul du Green IT est vite fait !

Mettez vos ordinateurs et votre réseau informatique au Green IT

Parlons aussi des équipements de bureautique. Savez-vous que votre ordinateur de bureau consomme environ 150 watts. Pour une durée de vie moyenne de 3 à 4 ans. Dans les faits, comptez 25.- d’électricité par mois pour une machine allumée en permanence. Une bonne alternative consiste à passer par un poste virtuel.
Les terminaux de nos postes de travail virtuels consomment 10 watts et ont une durée de vie de 7 ans ! Et on ne parle même pas des fonctionnalités supplémentaires offertes par ces ordinateurs dématérialisés : sauvegarde quotidienne, flexibilité, évolutivité.

Attardons-nous maintenant sur le câble réseau branché sur la plupart des équipements de votre bureau. Y-a-t-il à l’autre bout du câble un équipement POE (Power Over Ethernet) ? Il n’est plus nécessaire d’alimenter tous vos appareils via une prise électrique. Votre réseau informatique peut s’en charger pour de nombreux équipements (antennes WiFi professionnelles ou téléphones IP). De tels équipements POE embarquent des solutions de gestion d’énergie avancée qui feront baisser votre consommation électrique.

La téléphonie ? Des solutions existent

Prêt à réduire un peu plus votre empreinte écologique ? Facile, attaquons-nous ensemble à vos téléphones et fax. Votre central téléphonique est à bout de souffle et vous n’avez pas encore fait le pas vers la VoIP. Dépêchez-vous, car le couperet va bientôt tomber. Et surtout, pensez à dématérialiser lors de ce changement. Les solutions de central téléphonique virtuel sont aujourd’hui très abouties et très fiables. Et ça sera encore un peu d’énergie économisée.

Vous avez aussi un fax poussiéreux au coin de votre bureau qui consomme de l’électricité, du papier pour recevoir uniquement de la publicité ? Optez pour une solution « fax to mail / mail to fax ». Vous recevrez toutes vos télécopies directement dans votre boîte de messagerie et un simple envoi de mail suffira pour expédier un fax. Vous ferez du bien à la planète et vous gagnerez de la place dans votre bureau.

Alors passez vite au Green IT, c’est bon pour la planète et bon pour votre facture électrique. Et si vous avez envie d’adhérer à l’informatique verte et de réduire votre empreinte carbone, avec nos solutions Cloud, nous sommes à votre disposition pour vous aider à faire fondre vos kilowatts en watts.

Steel Blue : all inclusive, all right !

//

Au fait, c’est quoi le coût (réel) de votre ordinateur ?

Virtualiser son poste de travail est aujourd’hui facile. Changer de modèle économique, un peu moins : passer à la location mensuelle et comprendre le coût d’un ordinateur nécessite d’adapter son mode de pensée. Et de considérer absolument toutes les dépenses. Mais comme chez Steel Blue on maîtrise cet exercice, on a fait le calcul pour vous. A vos bouliers !

Le réflexe est toujours le même lorsqu’on présente un poste virtuel à un de nos clients : il compare son prix d’achat habituel, qu’il divise par le prix de la location. Et conclut qu’au bout de 12 mois, il commence à trop payer. Evidemment, c’est un raccourci, car l’ensemble des charges de son PC ne sont pas prises en compte. Avec le temps, nous avons mis au point des outils qui permettent de faire une comparaison objective. On vous en livre les détails, histoire de déconstruire le mythe du PC pas cher.

Commençons par le commencement : on ne s’attardera que sur le monde PC/Windows. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de solution d’entreprise pour virtualiser un Mac. Et les amateurs de la Pomme sont amoureux de leurs machines (on les comprend), ce qui n’incite pas Apple à les rendre virtuelles.

Autre hypothèse : les tarifs mentionnés ici sont ceux que nous constatons chez nos clients, et qui correspondent à des gammes professionnelles. Vous trouverez toujours des machines à (plus) bas coût, mais on s’éloignera alors de l’objectivité de la comparaison. Et si vos coûts varient par rapport à nos chiffres, dites-le nous et on refera la calcul pour vous. Enfin, on se place dans un contexte PME, c’est-à-dire un parc allant de quelques machines à 50 postes.

Le diable se cache dans les détails

Passons donc à l’inventaire du coût de votre ordinateur. Il se répartit en deux catégories : les coûts uniques (l’achat et la mise en service) et les coûts d’exploitation. Concentrons-nous sur l’investissement intial. Un PC pro digne de ce nom dans un format standard chez un grand constructeur vous coûtera environ 1’000.-. Ajoutez à cela la licence Windows 10 Pro (indispensable pour gérer votre machine en réseau), pour 300.-.

Idéalement, vous ajouterez encore un contrat de maintenance, histoire d’avoir un technicien chez vous rapidement avec les pièces de rechange en cas de casse. Ajoutez 200.- (et si vous ne le faites pas, vous paierez plus tard déplacement et intervention à l’acte pour plus cher).

X centimes le kW/h se transforment en X francs à la fin du mois. Pour 150W, 24 heures sur 24.

Une fois que vous avez acheté votre machine, il faut la mettre en service : déplacement dans vos bureaux, installation, connexion au réseau, démarrage, configuration. N’espérez pas moins de 2 heures pour cette opération. Entre le déplacement et le temps de travail, comptez donc 400.-. Là encore les coûts peuvent varier et dépasser ce seuil, notamment si votre machine nécessite de nombreux logiciels et une configuration un peu pointue.

Les plus techniques diront : « il est possible d’automatiser cela ». C’est juste. Mais pour un coût qui n’est pas négligeable, et que les petites entreprises ne peuvent s’offrir pour leur parc de PC physiques. On laisse de côté les logiciels applicatifs (Office ou vos logiciels métier), car le coût sera le même dans un environnement virtuel.

Le compteur tourne

Bien. Maintenant que votre machine tourne, c’est là que tout commence. Car à peine le bouton « on » appuyé, elle vous coûte. En électricité tout d’abord. Une machine au format tour dispose d’une alimentation de plusieurs centaines de watts, qu’elle ne consomme pas entièrement heureusement. La consommation est variable dans la journée. Surtout, elle s’étend généralement la nuit, car les collaborateurs « oublient » d’éteindre leur poste.

Nous considérons habituellement une consommation moyenne de 150W. Pourquoi cette valeur ? Parce qu’elle a la double avantage de coller à la réalité et de fournir un moyen de calcul mnémotechnique : si votre kW/h vous coûte X centimes, 150W en 24/7, c’est X francs à la fin du mois. Dans les faits, un PC vous coûtera en courant 25.- par mois.

La mise en service vous coûtera 1’900.-. Mais quid de l’exploitation ?

Ca ne s’arrête évidemment pas là. Votre chère bécane (au propre comme au figuré) nécessite de l’entretien. Un peu de main d’oeuvre tous les mois, pour s’assurer que tout va bien, que l’antivirus est à jour. Et encore un peu plus pour fournir de l’assistance aux utilisateurs. Chez nos clients, nous constatons généralement 2 heures par an et par machine. On parle de 10 minutes par mois et par poste, ce qui est faible.

Mais partons sur ces bases. Avec un peu de déplacement dans l’année, comptons 350.- /an. Et parce que la vie d’un PC n’est pas un long fleuve tranquille, comptons encore 150.- de pièces et réparation sur les 3 années d’amortissement de la machine.

L’heure des comptes

Il est temps de sortir la calculette. Votre investissement se monte finalement à 1’900.-. Et l’exploitation sur 3 ans… 2’100.- ! Surprise, non ? En lissant ce coût sur 3 années, on obtient environ 110.- /mois. C’est cette valeur qu’il faut garder en tête. On est en tout cas bien loin des 1’000.- d’achat uniques. A ce moment de l’article, vous salivez d’avance de savoir combien peut coûter un poste virtuel.

Chez Steel Blue, notre gamme commence à 69.- par mois. Mais pour ce prix, le service n’est pas tout inclus, et il s’agit d’une entrée de gamme, parfaite pour un usage ponctuel. Non, regardons plutôt une machine comparable à un PC standard, en milieu de gamme avec 2 processeurs (de serveur) virtuels, et 4 GB de RAM.

Sur 3 années, cette machine vous reviendra à 98.10 par mois. Et le service ? Pour ce prix, tout est inclus : support, maintenance, mises à jour, reporting, documentation. Tout. Avec donc l’avantage de savoir exactement ce que vous allez payer, et de ne pas avoir de surprise en fin d’année avec un budget dépassé.

Un PC, avec quelques trucs en plus

Et comme on est dans le Cloud, le poste virtuel prend définitivement l’avantage avec quelques caractéristiques bien à lui. La mobilité tout d’abord : vous accédez à votre poste depuis n’importe quel terminal. Même l’ordinateur ou la tablette de la maison. La mise en service ne sera facturée qu’une demi-heure, car nous établissons des machines types, que nous pouvons déployer à la volée. Pour atteindre le top de l’agilité.

Les données locales du poste sont sauvegardées toutes les 12 heures, sans surcoût. Enfin, votre poste vous sera livré avec un logiciel collaboratif de partage et de synchronisation de fichiers, pour le même prix. Et si jamais vous n’avez plus besoin d’une machine, nous la supprimons, et vous ne restez pas avec du matériel sur les bras.

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, vous êtes prêt pour prendre la bonne décision. Racheter des machines ou bien dématérialiser votre parc de PC. Vous savez déjà où va notre préférence. Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes, et on n’est plus dans le fantasme ou les a-priori. Si jamais la dématérialisation vous démange, prenez contact avec nous avec le formulaire ci-dessous. Nous finirons de vous convaincre avec un test gratuit d’un mois. Encore un des avantages du poste virtuel dans le Cloud.

Steel Blue : all inclusive, all right !

//

Vos stagiaires d’été arrivent : équipez-les à moindre frais avec un desktop virtuel

Comme tous les ans, votre PME va accueillir son lot d’étudiants pendant la période estivale. Comptabilité, administratif, technique : les sujets ne manquent pas. Il faudra leur trouver un bureau et un ordinateur. Si le mobilier ne pose généralement pas de souci, le poste de travail est souvent plus problématique. Obsolètes, pas à jour, lentes : les machines que vous leurs dédiez ponctuellement ne sont pas les outils idéaux. A moins que vous ne changiez votre fusil d’épaule.

La scène se passe en général une semaine avant le début des vacances. Les stagiaires sont bientôt là, il faut leur trouver leur matériel informatique. On fait le tour des machines mises au rebus, on tente de les démarrer, et les soucis commencent. Comme elles ne sont plus vouées qu’à être utilisées de temps en temps, vous les avez sorties des cycles de maintenance. Les mises à jour ne sont plus faites depuis des mois, l’antivirus est hors d’âge et vous avez changé de version d’Office entre temps. La solution de repli consiste en général à sauver ce qui peut l’être, et compléter avec des machines nouvelles. Mais il ne vous reste qu’une semaine. Et votre budget va souffrir…

Des machines… sans matériel (desktop virtuel)

Heureusement, l’alternative du poste virtuel s’offre à vous. Au lieu de tenter désespérément de mettre à jour votre vieille bécane, contentez-vous de la transformer en terminal pour vous connecter à un poste virtuel. Il suffit d’y installer une application. Non seulement, les postes virtuels peuvent être mis en service en quelques heures : vous serez dans les temps même en ne vous accordant que quelques jours. Mais en plus vous ne les louez que pour la période du stage. Résultat : zéro investissement, et des machines sécurisées et à jour pour votre stagiaire. Accéder au poste virtuel ne demande que très peu de ressources, même vos plus vieilles machines feront l’affaire.

Les licences aussi

Avoir une machine à disposition, c’est parfait. Mais votre étudiant n’en fera rien sans la suite de logiciels qui va bien. Tout comme vous avez fait l’inventaire de votre matériel, vous faites celui de vos applications. Mêmes causes, mêmes effets : plus de licences disponibles, des clés qu’on ne trouve plus. Là encore, le poste virtuel peut être loué avec toutes les licences qu’il vous faut. Le temps du stage seulement. Vous bénéficiez donc des dernières versions d’Office et d’Outlook, pour un coût mensuel forfaitaire. Idem pour la messagerie : vous souscrivez à une boîte email le temps qu’il faut, et vous la supprimez lorsque votre étudiant est parti.

Bring Your Own Device

Vous voulez aller encore plus loin ? Laissez vos stagiaires utiliser leur propre matériel ! Plutôt que de s’habituer à une nouvelle machine, rendez-les efficaces dès le premier jour en leur proposant de se connecter depuis leur ordinateur portable préféré. PC ou Mac, pas de souci, les deux plateformes sont supportées. Ils peuvent même terminer leur rapport depuis la maison s’ils sont en retard. Et vous gardez le contrôle sur vos données, puisque le portable et le poste virtuel ne se parlent pas : les données ne passent pas de l’un à l’autre. La meilleure façon d’être à la fois à la maison et au travail. Les générations « Z », qui forment le gros des stagiaires, vont adorer.

Vous avez donc tout en main pour accueillir vos stagiaires dans les meilleures conditions possibles, sans sacrifier votre trésorerie, ni planifier les choses à l’avance. Et je parie qu’une fois que vous aurez goûté au poste virtuel pendant l’été, vous vous demanderez pourquoi ne pas poursuivre l’expérience avec vos postes permanents. Les avantages sont les mêmes pour vos employés fixes : machine toujours à jour, licences en location, accès depuis le bureau ou en mobilité, paiement mois par mois au poste près. Avec une fiabilité et une flexibilité à toute épreuve.

Il ne vous manque plus qu’une démonstration ? Nous venons volontiers chez vous pour vous convaincre définitivement, il vous suffit de vous inscrire ci-dessous. Mais avant l’été de préférence.

Steel Blue : all inclusive, all right !

C’est l’hiver : mettez vos ordinateurs au chaud !

Cet hiver, nous protégeons vos postes de travail des frimas. Obtenez un PC virtuel pour 0.-, et testez son efficacité extrême pendant un mois.

Quoi de mieux que d’évaluer un produit en se faisant une idée par soi-même ? Grâce à Steel Blue, profitez d’un poste de travail externalisé dans le Cloud sans frais pendant un mois d’hiver. Sans bridage ou limitation, ni engagement.

Vous utilisez ce poste sur votre ordinateur actuel (PC, Mac, portable), mais aussi en mobilité depuis votre iPad ou votre tablette Android. Installez vos applications habituelles et prenez conscience de la puissance du Cloud et du poste virtuel.

N’attendez plus et inscrivez-vous dès maintenant pour bénéficier de cette offre. Plus vous vous inscrirez tôt, et plus vous pourrez en profiter.