La Suisse et le Cloud public

Régulièrement, la Suisse figure en bonne place dans le classement des économies les plus innovantes. Son tissu de PME y contribue largement. On pourrait les croire en avance dans l’usage des technologies, et notamment du Cloud public. Et pourtant, les réticences sont encore nombreuses. Eclairage sur ce phénomène.

Il y a quelques mois, Microsoft annonçait l’installation de son Cloud public sur le territoire helvète. Le leader des logiciels permettait ainsi aux clients de conserver leurs données localement, tout en utilisant ses produits phare, tel Office 365. Avec deux centres de données, le géant de Redmond affichait clairement ses ambitions, et damait le pion à Amazon, son grand rival.

Mais avec une couverture en Europe très dense, Microsoft fournissait déjà ses services en Suisse en assurant une proximité suffisante. Tout en conservant les données sous juridiction européenne. Alors pourquoi s’implanter dans la Confédération plutôt que de servir ses clients suisses depuis la France ou l’Allemagne ? Tout simplement pour convaincre les réticents, et notamment les PME.

De la difficulté des PME à se moderniser

Car si Microsoft vise en priorité les secteurs stars de l’économie suisse – finance, chimie ou biotechnologie – l’objectif réel est probablement ailleurs. La santé des PME suisses attise les convoitises. Microsoft fait donc coup double, en offrant des garanties aux multinationales, tout en activant son réseau de partenaires pour convaincre les PME qui traîneraient encore les pieds.

Alors qu’ailleurs en Europe, les petites structures sont en majorité partantes pour utiliser du Cloud public, la tendance est inverse en Suisse. Il semble qu’il y ait une sorte d’économie à deux vitesses, avec d’un côté les jeunes pousses naturellement technophiles, et de l’autre les PME plus traditionnelles, moins aptes au changement technologique. C’est ce que montrent d’ailleurs nos propres analyses.

Quand Microsoft annonce une pénétration globale d’Office 365 de presque 60%, une étude sur 300 PME genevoise affiche un taux plutôt proche des 20%. Alors même qu’en 2016 déjà, près d’un dirigeant de PME suisse sur deux indiquait ne plus se soucier de la localisation de ses données.

Avec 20% de pénétration d’Office 365 en Suisse pour Microsoft, et 10’000 clients pour Amazon Web Services, la concurrence s’annonce féroce.

Paradoxe, donc, que deux facteurs viennent alimenter. Le premier concerne la relation ambigüe, voire douloureuse, des petites entreprises traditionnelles avec leur informatique. Mal nécessaire pour beaucoup d’entre elles, tout changement en la matière est vécu comme une punition. Ces PME se contentent donc d’un parc informatique vieillissant, fonctionnel mais obsolète et qui pénalise leur transformation numérique.

Second facteur : la localisation des données. Si transférer ses serveurs dans un datacenter avait déjà représenté un pas psychologique important, les déplacer maintenant dans le Cloud public est un changement auquel toutes les PME ne sont pas prêtes. Par peur de l’inconnu pour certaines. Par crainte, justifiée ou non, de leur exposition pour les autres. Alors même que le Cloud public offre les meilleures garanties de protection. Et que les contraintes réglementaires restent minimes.

Une réglementation peu contraignante

Un exemple ? En 2018, la FINMA ouvrait grand les portes à l’utilisation du Cloud public pour les entreprises sous sa réglementation. Ça n’est d’ailleurs pas un hasard si UBS fait partie des premières références de l’offre Cloud de Microsoft en Suisse. Au final, très peu de secteurs restent réellement contraints sur l’emplacement de leurs données.

Autre fait saillant : héberger ses données en Europe ne constitue pas un risque majeur. Au contraire, la sécurité y est optimale, grâce au cryptage systématique sans surcoût, et au taux de disponibilité sans égal. Mais surtout, parce que la juridiction suisse ne protège pas de tout : les accords de coopération internationale autorisent déjà le transfert de données hors de Suisse.

Malgré tout, Microsoft n’a donc pas attendu que ces barrières psychologiques tombent dans l’esprit des dirigeants. Son implantation en Suisse fait partie d’une stratégie agressive que sa deuxième position sur le marché mondial l’oblige à adopter. Notamment parce que la concurrence affûte ses armes. Amazon Web Services, filiale du géant du eCommerce, et leader mondial du Cloud public, revendique déjà 10’000 clients sur toute la Suisse. Et ne compte pas s’arrêter là.

Pour enfoncer le clou, et motiver les dirigeants de PME partagés entre l’envie de moderniser leur informatique et la crainte de devoir tout changer, Microsoft a lancé le Migrate Switzerland Day. Sorte de concours de migration de clients, il vise à promouvoir ses services en Suisse en déplaçant le plus possible de PME sur ses nouveaux datacenters. En un seul jour. Opération marketing certes, mais qui marquera peut-être le vrai point de départ du renouvellement informatique des PME suisses.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud