Archive d’étiquettes pour : Windows 365

Lancé en catimini en plein été, le dernier produit phare de Microsoft est une évolution de Windows Virtual Desktop. Il se veut être le premier Cloud PC. Si Microsoft est habitué à inventer des catégories pour s’autoproclamer leader en la matière, il faut reconnaître à ce produit bien des qualités. Même s’il n’est pas vraiment le premier du genre.

Drôle d’idée que de lancer un produit si marquant et structurant pour Microsoft dans la torpeur estivale. S’il était attendu par le monde IT, il fallait tout de même être attentif pour ne pas le rater. Le hasard du calendrier – ou pas – a fait que la concurrence (Amazon Web Services en l’occurrence) a lancé une nouvelle version de son propre produit à quelques jours d’intervalles. Ceci expliquant peut-être cela.

Un premier de la classe qui n’est l’est pas vraiment

Car non, malgré les affirmations de Microsoft, ils ne sont pas les premiers sur ce marché. Et ça n’est, pour tout dire, pas vraiment inhabituel. Dans bien des secteurs, le géant de Redmond est abonné aux retards à l’allumage. Passons sur la révolution Internet que Bill Gates avait sous-estimée dans les années 90. Plus proche de nous, l’émergence récente du Cloud n’a été prise au sérieux que tardivement, amenant Microsoft à accuser un retard conséquent sur les Google et autres AWS.

Sur le marché du poste virtuel Cloud à la demande, ou DaaSDesktop as a Service, Amazon Web Services tient la corde depuis plusieurs années avec AWS Workspaces. Fiable, facile à mettre en œuvre, gérable comme une machine physique, ce service a l’avantage de disposer de ressources dédiées et de ne pas déstabiliser les services informatiques habitués à gérer de larges parcs. A tel point que les quelques 8’000 sous-traitants de Google fonctionnent sur le Cloud PC d’Amazon, avec des machines reconstruites automatiquement toutes les 48 heures.

Microsoft n’est pas toujours le premier à se lancer. Mais sait rattraper son retard.

Microsoft, fidèle à ses habitudes, avait donc lancé un premier produit sans trop y croire. C’était en 2019, avec Windows Virtual Desktop. Cette solution permettait par défaut de déployer des pools de serveurs pour connecter à distance des utilisateurs sur des bureaux virtuels. Si les ressources étaient partagées, il était possible d’opter pour une option « dédiée », comme avec un ordinateur physique. Mais la déploiement – long, compliqué et hasardeux – avait eu raison des premiers utilisateurs téméraires. Et avait donné du grain à moudre aux détracteurs de Microsoft, qui pouvaient affirmer encore une fois qu’il fallait éviter une version sur deux des produits de l’éditeur.

Deux Cloud PC pour le prix d’un

Mais quand Microsoft se rate, il ne faut pas oublier qu’il s’agit du leader mondial du logiciel. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, on ne peut pas ignorer ses capacités technique et marketing à corriger ses erreurs et prendre pied sur un marché s’il y met les moyens. Windows Virtual Desktop n’a pas fait exception, et à peine lancé, Windows 365 déjà était dans les tuyaux. Le résultat est à l’opposé de la première mouture, et pour tout dire, c’est tout simplement bluffant.

Depuis Office 365, renommé entre temps Microsoft 365 au gré d’améliorations substantielles, Microsoft n’a cessé de s’implanter sur le Cloud public. Et de se perfectionner. Au point de faire du suffixe « 365 » une vraie marque de fabrique – une marque tout court, synonyme de fonctions avancées, de sécurité hors pair et de mise en œuvre simplissime. Windows 365 ne déroge donc pas à cette règle, et la renforce même.

L’accès au service passe par la souscription de licences mensuelles, attribuées aux utilisateurs. La connexion est alors on ne peut plus simple : il suffit de vous rendre sur windows365.microsoft.com. La sécurité est celle de votre compte Microsoft 365, et la double authentification est donc aussi de mise. Sans surcoût ni complexité supplémentaire. Vous tombez alors sur un bureau Windows classique et bien connu. Mais l’intérêt réel du produit est ailleurs.

Homogénéiser la gestion de parc, physique ou virtuel, est crucial, notamment pour garantir la sécurité des données.

Microsoft, qui édite aussi Windows 10, est le seul à être autorisé à faire fonctionner ce système sur des infrastructures Cloud partagées. Le Cloud PC Microsoft exploite donc Windows 10 Enterprise. Cela permet de supporter les outils de gestion des appareils intégrés à Microsoft 365. Et donc, d’installer, de configurer, de sécuriser, en un mot de gérer leur poste virtuel comme un autre appareil, avec les mêmes règles de sécurité, les mêmes applications.

Une expérience bluffante

A l’usage, vous ne faites donc absolument pas de distinction entre un PC physique et un Cloud PC. Et c’est là que se situe tout l’enjeu de l’adoption de cette technologie, et de son succès sur le marché. Si les utilisateurs ne font pas la différence, et que les administrateurs n’ont pas à changer leurs outils, la transition sera fluide et transparente. Le gain en sécurité et en mobilité, ainsi que la souplesse infinie fournie par ce type de solution, finiront probablement par séduire les plus sceptiques.

Reste à voir la fiabilité sur le long terme, et l’adéquation des tarifs avec ce marché. Sur ce dernier point, Microsoft s’est aligné sur la concurrence. Ce qui nous permettra de proposer un poste virtuel standard au tarif habituel de CHF 99.- /mois, service tout compris. Avec l’annonce récente de l’augmentation massive -10% ! – des tarifs de Microsoft 365, on les imaginait mal se tirer une seconde balle dans le pied.

Microsoft, qui avait longtemps rechigné à investir ce marché, a donc fait sa révolution culturelle. Car lancer son service de poste virtuel signifie à terme des ventes moindres de licences sur des postes physiques. Mais des parts de marché en hausse dans le secteur du Cloud. Et c’est bien ce que vise le numéro un mondial. Sans être partisan, on peut se laisser aller à dire que, cette fois-ci, c’est mérité.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud