Genève : FIDES bouleverse le secteur social du canton

FIDES, la Fondation Immobilière pour le Développement des Entreprises Sociales, est une émanation de la Fondation Hans Wilsdorf. Sa mission : mutualiser les moyens d’institutions sociales du canton de Genève. Et, dans un contexte de raréfaction des ressources, pouvoir en affecter une plus grande part aux bénéficiaires. Récit d’un projet (plus que) novateur. 

Créée en 2017, FIDES, au travers du projet Tourbillon, permet à des organisations comme Croix-Rouge genevoise, Partage ou Pro Juventute Genève, de mettre en commun leurs ressources pour faire face à des financements toujours plus délicats. Parmi elles : deux bâtiments du campus Tourbillon à Plan-les-Ouates – d’où le nom du projet. C’est là que les 10 organisations sociales participant au programme s’installeront dès 2021. 

Mais l’étendue de ce projet de mutualisation ne s’arrêt pas là : il touche en effet l’entier des moyens techniques. Un exemple : un restaurant sera exploité sur l’attique d’un des deux bâtiments, et une laverie ultra-moderne sera partagée par 3 institutions, avec des capacités de traitement inédites. Les technologies de l’information ne sont évidemment pas en reste, et c’est là précisément que la collaboration entre FIDES et Steel Blue prend tout son sens. 

Un défi innovant

Car  si des coopérations existent dans le domaine social, elles n’avaient jamais concerné les systèmes d’information, qui représentent pourtant un budget important. Steel Blue accompagne donc depuis 2018 FIDES et les 9 participants sur ce chemin de la mutualisation de l’informatique et des télécommunications. Avec un périmètre très large, s’étendant des connexions Internet aux applications métier (ERP) en passant par la téléphonie et les impressions. 

« Jamais un tel projet de mutualisation, avec un spectre aussi large, n’avait été lancé sur Genève. C’est inédit sur le canton. Les parties prenantes au projet se côtoient, et partagent de nombreuses problématiques IT. Mais elles n’avaient jamais réussi à les adresser ensemble, à cette échelle. C’est là que réside une des réussites du projet Tourbillon. »
Pierre-Yves Tapponnier, Directeur de FIDES 

Et le périmètre ne s’arrête pas aux portes du campus, puisqu’une part seulement des collaborateurs des institutions s’installera dans les nouveaux bâtiments. Les lieux de vie et d’accueil de Clair Bois ou d’Ensemble, pour ne citer qu’eux, ne seront pas transférés. Mais ils seront bien évidemment affectés par les changements futurs. 

Le choix commun : une première dans le monde social à Genève

Ainsi, tous les emplacements exploités seront, par exemple, connectés à Internet par un seul fournisseur, et bénéficieront d’un système de téléphonie fixe unique. L’effet de volume a en effet pu être pleinement exploité au travers d’appels d’offre globaux. Et le choix de chacun des prestataires résulte de la mise en commun des critères de choix et, finalement, d’une décision consensuelle. Tout simplement du jamais vu. 

« Si l’objectif de mutualisation des moyens était clair, le chemin pour y parvenir l’était moins. Steel Blue nous a ouvert des perspectives en matière de technologies de l’information. Grâce à une approche structurée et un champ d’expertise large, les institutions ont pu mesurer les options qui s’offraient à elles, et prendre leurs décisions en connaissance de cause. »
Pierre-Yves Tapponnier, Directeur de FIDES 

Mais la mutualisation seule n’est pas l’unique objectif. Les participants au projet Tourbillon profitent également de ce changement et de l’effet de masse pour moderniser radicalement leurs infrastructures. L’expertise de Steel Blue dans le domaine du Cloud et de la dématérialisation a permis de présenter aux institutions, seuls décideurs, un panel de solutions le plus large possible. Et notamment de les guider vers des changements radicaux. 

Objectif : modernisation

Ainsi, des appels d’offre successifs ont été émis, notamment pour la téléphonie fixe ou les postes de travail. Le but ? Externaliser, virtualiser et dématérialiser les infrastructures IT. Et bénéficier d’une flexibilité bienvenue alors que les bailleurs de fonds se font plus rares et plus prudents. Centraux téléphoniques et bureaux virtuels ont ainsi d’ores et déjà été sélectionnés pour plusieurs centaines d’utilisateurs. 

Les chantiers restent encore nombreux, et les institutions auront à nouveau des choix importants à faire avant de prendre leurs quartiers à Plan-les-Ouates courant 2021. Au programme : impressions, applications métier et collaboration. Mais avec les bases déjà posées, les processus sont maintenant rodés, et le train est bel et bien en marche. Cette révolution-là ne s’arrêtera plus.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud