Archive d’étiquettes pour : phishing

Le phishing, vous connaissez ? Cette technique, aussi appelée hameçonnage en bon français, est utilisée par les pirates pour voler vos identifiants. Basée sur l’envoi d’email, elle tente de vous mettre en confiance en présentant un environnement connu. Et vous invite à saisir identifiant et mot de passe. Pourtant, identifier ces courriels pirates n’est pas si compliqué. Voici comment procéder.

L’hameçonnage est une technique de piratage qui a malheureusement fait ses preuves. Tout commence généralement par un email que vous recevez un beau matin. S’il arrive là, c’est que votre système de filtrage a été floué (vous en avez un, au fait ?) : c’est rare, mais pas impossible. Et ça n’est pas le propos : le courriel est là, et vous devez décider quoi en faire. Voici quelques clés pour identifier s’il est frauduleux.

La peur et la confiance : les deux leviers du phishing

Pour que vous soyez incité à agir, cet email utilise généralement la peur. Un des meilleurs moyens consiste à agiter un chiffon rouge, comme l’expiration de votre mot de passe et tous les cataclysmes qui vont avec : perte de l’accès à vos données, perte de temps, journée gâchée…

La deuxième phase consiste donc à vous proposer une solution rapide et simple pour éviter tout inconvénient : connectez-vous et validez votre mot de passe. En cliquant sur le lien qui vous est gentiment proposé, vous ouvrez une page qui ne vous est pas méconnue, avec une zone de saisie du nom d’utilisateur et du mot de passe.

Pas de panique, cliquer n’est pas forcément rédhibitoire

Jusqu’à cet instant précis, vous n’êtes pas en danger, mais vous avez simplement réagi à la sollicitation. Ni vos données ni votre ordinateur n’ont été compromis à ce stade. En revanche, si la confiance est telle que vous livrez ces deux informations, le cataclysme – le vrai – pourrait bien se réaliser. Voyons donc comment éviter d’en arriver là.

Encore une fois, je me place dans le cas où l’email n’a pas été filtré par votre service de messagerie. Les services d’email modernes disposent de moyens d’analyse qui leur permettent de trier le bon grain de l’ivraie. Elles ne sont pour autant pas infaillibles, et peuvent présenter soit des faux positifs, soit des faux négatifs. Dans ce dernier cas, vous avez encore quelques cartes en main.

Toute incitation à agir est suspecte

Tout d’abord, un tel email doit attirer votre attention. Comment ? En appliquant un principe simple : toute injonction à agir est suspecte. Que ce soit pour cliquer sur un lien ou ouvrir un attachement. Un « Cliquez ici » devrait vous alerter immédiatement. Et vous amener à supprimer l’email en question ? Pas si vite, si vous avez encore le moindre doute, il s’agit maintenant de valider cette première impression.

Le bouton qui est vous est présenté fièrement en plein milieu d’email est somme toute inoffensif. Il tente de vous emmener sur un site Web, celui qui vous mettra en confiance, afin d’activer la 2nde étape du processus. Mais en le survolant, sans cliquer dessus, il révèlera tous ses secrets. L’adresse de destination apparaît, et vous indique clairement si on essaie de vous duper.

Même si certains font des efforts, de nombreux pirates continuent d’utiliser des liens suspects

Soyons clairs : si l’email semble émis par Microsoft ou Google, le lien vous emmènera vers un nom de domaine exotique, sans aucun lien avec l’émetteur qu’il prétend être. Un exemple ? Voici une adresse dans un email incitant à vous connecter chez Facebook : http://activate.facebook.fblogins.net/88adbao798283o8298398?login.asp

Vous aurez remarqué que l’adresse de ce site, bien que comprenant le mot clé « Facebook », vous emmène sur le nom de domaine fblogins.net. Si la première phase vous a mis en alerte, cette lecture attentive finira de vous convaincre que vous pouvez classer ce courriel verticalement.

Et si malgré tout vous cliquez…

Malgré ces précautions, si vous suivez le lien, on vous demandera alors de vous authentifier. Et si vous allez jusqu’à cette extrémité, évidemment vous ne serez pas connecté au moindre service. Le but ici est de récupérer votre mot de passe, et de le tester sur d’autres services : stockage en ligne, messagerie, etc. Les utilisateurs ont malheureusement tendance à utiliser toujours le même mot de passe un peu partout.

A terme, les pirates cherchent à s’introduire dans votre système informatique ou bloquer vos moyens informatiques. Dans le premier cas, les hackers rechercheront des informations sensibles dans vos données, comme des numéros de carte de crédit. Dans le second, ils tenteront de vous extorquer de l’argent, en cryptant vos fichiers par exemple.

Pour ceux qui sont équipés de double authentification, cette deuxième barrière les protègera. Partiellement en tout cas. Car si votre mot de passe est utilisé dans différents systèmes, et que certains d’entre eux n’ont pas cette double protection, alors la porte sera ouverte. D’où l’importance de garder l’œil ouvert, de faire tourner ses mots de passe, et de les diversifier. A bon entendeur.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud