Articles

HDA Services déménage son informatique dans le Cloud

Dans un domaine concurrentiel, mieux vaut être réactif et compétitif. Encore faut-il avoir les bons outils, au bon prix. HDA Services Sàrl est une société de déménagement genevoise. Elle a fait appel à Steel Blue pour rationaliser et moderniser son informatique avec le Cloud. Découvrez comment dans ce business case.

C’est malheureux, mais c’est comme ça : les petites entreprises ne prêtent généralement pas beaucoup d’attention à leur informatique. Considérée comme un centre de coût, elle les empêche souvent d’évoluer, ou pire, les handicape au quotidien. Cet état de fait n’est pas perçu par les dirigeants de PME, qui ont souvent la tête dans le guidon.

Une revue complète de l’informatique

Mais une intervention externe couplée à la volonté de bousculer ses habitudes permet de remettre les choses sur les rails. C’est ce que M. Humurano Almy, directeur de HDA Services, n’a pas hésité à faire. En faisant appel au regard externe de Steel Blue, des changements profonds ont été entrepris pour mettre son informatique au goût du jour et ainsi améliorer sa sécurité, sa performance et sa stabilité. M. Almy nous confie pourquoi :

Nous n’étions pas satisfait de notre informatique. Nous rencontrions souvent des pannes qui nous pénalisaient dans notre travail quotidien. Nous avions également du mal à obtenir des informations compréhensibles de notre prestataire informatique : il n’est pas toujours évident de comprendre ce qui se passe sans être un expert du domaine. Nous avons décidé de faire appel à Steel Blue pour avoir une analyse extérieure et évaluer les possibilités d’évolution et d’amélioration. Nous avons obtenu de leur part un état clair de notre infrastructure.

Une documentation complète, des rapports mensuels d’activité : ce sont les piliers primordiaux pour assurer la stabilité d’un parc informatique et être en mesure d’identifier rapidement les dysfonctionnements. Mais il s’agit aussi du socle essentiel pour envisager une évolution et une amélioration continue. M. Almy nous explique en quoi cela a permis à HDA d’évoluer rapidement.

Après l’état des lieux, nous avons souscrit au service de gestion tout inclus de Steel Blue. Grâce à cet abonnement, nous recevons tous les mois un rapport avec les mises-à jours réalisées, les opérations de maintenance proactive, un résumé des tickets ouverts au support avec les actions correctives entreprises. Le petit plus, c’est le temps d’intervention de 30 minutes garanti par SLA en cas de coupure totale du service, et le support sans limite de temps. Une fois ces bases posées, nous étions prêts à aller plus loin.

Après l’analyse, place à l’évolution

Une gestion informatique professionnelle ne fait pas tout. L’absence d’évolution informatique peut être pénalisante pour l’entreprise. A contrario, une petite PME n’a pas forcément les moyens de tout remettre à plat d’un coup, pour des questions comptables (amortissement, trésorerie) ou organisationnelles. Mais il existe des solutions pour entreprendre une transition en douceur. M. Almy nous explique comment :

Lorsque Steel Blue nous a expliqué qu’il existait un intérêt à moderniser notre informatique avec le Cloud, j’étais un peu sceptique. Après différentes discussions avec leur équipe, j’ai eu une vision claire de mon informatique et de son évolution à court et moyen terme. Nous avons construit ensemble un plan de marche qui tient compte de l’existant, des capacités financières et des besoins de notre entreprise.

L’objectif de Steel Blue est d’accompagner les entreprises dans leur transition digitale sans pour autant provoquer un big bang. Les services qui peuvent être améliorés facilement – les fameux quick win – sont traités rapidement pour lancer la démarche de transformation. Une ligne de conduite cohérente est ensuite définie pour les années suivantes afin de permettre aux entreprises d’avancer à leur rythme.

Pour commencer, Steel Blue nous a conseillé de mettre en place une sauvegarde de nos données dans le Cloud pour pallier un éventuel problème sur notre stockage local. Ils ont également repris la gestion de notre NAS qui venait d’être mis en place. Nous avons bien compris qu’à court terme nous aurions tout intérêt à faire évoluer notre informatique vers une solution de stockage Cloud plus souple, plus performante et plus sécurisée. En complément nos applications bureautiques sont passés dans le Cloud d’Office 365. La prochaine étape sera notre messagerie et la sécurité de nos postes de travail qui passeront dans le Cloud avec les solutions Microsoft 365.

Quid de votre transformation Cloud ?

En attendant de fiabiliser encore un peu plus ses outils avec une solution 100% Cloud, HDA services bénéficie d’une approche hybride et du service de maintenance informatique Steel Blue qui garantit des interventions rapides et un suivi des équipements. Les prochaines étapes suivront dans les mois à venir de manière à finaliser la transformation digitale de HDA Services en externalisant l’entier de son informatique (stockage, messagerie, postes) dans le Cloud.

Nombreuses sont les petites entreprises qui pensent, à tort, que le leur taille, leur activité ou leur budget ne sont pas compatibles avec l’externalisation de leur informatique dans le Cloud. C’est oublier un peu vite qu’une informatique plus fiable – grâce aux garanties offertes par le Cloud – coûte moins cher et permet de ne pas subir les frais d’une perte d’activité. Et cela peut se faire progressivement, car la révolution Cloud se pratique à votre rythme : c’est le client qui donne le tempo. Alors, si vous aussi vous souhaitez entrer dans la danse…

Rodolphe Adam

Directeur commercial société informatique Cloud

 

Le Cloud Microsoft arrive en Suisse : ce que cela change (ou pas)

Annoncée depuis près d’une année, l’installation d’Azure en Suisse se précise. Bien que probablement retardée pour la fin de l’année 2019, cette arrivée marque une nouvelle étape dans l’expansion du Cloud public. Le Cloud Microsoft en terre helvète ouvrira de nouvelles opportunités aux PME comme aux grands groupes. Mais dans quelle mesure ? Eclairage sur cette implantation tant attendue.

Quand on parle de Cloud public, la localisation des données est un sujet récurrent. Notamment pour des secteurs sensibles, tels que le médical ou le bancaire, dont la Suisse héberge de nombreux acteurs. A tort ou à raison, mais c’est ainsi. De fait, externaliser ses données chez des géants tels que Microsoft, Google ou Amazon peut provoquer quelques réticences si le choix de leur emplacement n’est pas possible. L’établissement de centres de données Microsoft en Suisse change la donne. En partie.

Le choix des armes

Jusqu’à il y a peu, choisir un Cloud public parmi les 3 leaders du marché – Amazon, Microsoft ou Google, dans l’ordre – supposait d’abandonner la territorialité suisse de ses données. Avec l’arrivée successive de Google, et bientôt de Microsoft, ce choix ne sera plus de mise. Il sera donc bientôt possible – fin 2019 ou début 2020 – de lancer des serveurs virtuels Azure par exemple, qui s’exécuteront physiquement sur le sol suisse.

Mais il convient tout d’abord de relativiser. Premièrement, ce déploiement ne concernera dans un premier temps qu’une fraction des services du Cloud Microsoft. Dans le détail, on parle des services de base d’Azure – la gamme d’infrastructure à la demande (IaaS) de Microsoft – tels que les serveurs virtuels, les bases de données ou le stockage de fichiers. Et également d’Office 365, le service de productivité bien connu.

Après l’augmentation de tarif de 2018, un Cloud Microsoft suisse plus cher serait pénalisant.

Si cela pourra s’avérer largement suffisant pour les PME, les grands groupes, notamment dans les secteurs évoqués plus haut, risquent de pâtir de l’absence de services avancés, tels que le Big Data, l’intelligence artificielle ou l’Internet des objets. Avec plus de 500’000 PME de moins de 10 salariés, le potentiel reste énorme. Les grandes entreprises devront, elles, patienter encore un peu plus.

Un Cloud Microsoft, suisse mais plus cher

La question du prix reste également centrale. Microsoft a déjà annoncé que les tarifs de son offre localisée en suisse seront plus élevés que dans le reste de l’Europe. En ayant déjà appliqué pendant l’été 2018 une augmentation de 6% à 9% sur ses tarifs suisses, cela rsique de faire beaucoup. Et pénaliser éventuellement le succès de l’offre auprès des PME qui n’auront pas les moyens de négociation des multinationales établies à Genève ou Zürich.

Patriot Act et Cloud Act continueront de s’appliquer. Reste à connaître la portée réelle de ces lois.

Microsoft en l’occurrence en a déjà fait l’amère expérience en Allemagne, où des tarifs trop élevés ont plombé une de ses offres. Son approche dans ce pays consistait à ne pas opérer directement un de ses centres de données, mais à en confier les clés à Deutsche Telekom, afin de conserver la souveraineté des données en Allemagne. Malheureusement, ce modèle affectait trop le coût final pour que les clients ne le sélectionnent. Malgré la contrepartie territoriale.

Ce qui nous amène naturellement à la question de la juridiction. Avec des données stockées en Suisse, quel sera leur niveau de protection ? Et quel sera l’apport supplémentaire du Cloud Microsoft en Suisse par rapport aux autres implantations européennes ?

Patriot Act et compagnie

Aux dernières nouvelles, la société en charge de l’exploitation des données sera une filiale suisse. Et ces deux mots disent tout. Cette entreprise sera soumise à la juridiction suisse. Ce qui signifie que toute demande d’accès aux données devra passer, dans le cadre d’une procédure judiciaire, par un juge suisse.

Mais en tant que filiale d’une groupe américain, elle sera également soumise aux biais inter-territoriaux introduits depuis quelques années. Le Patriot Act en premier, et le plus récent Cloud Act d’autre part. Si ces termes peuvent inquiéter, il est nécessaire de les démystifier.

Né après les attentats du 11 septembre, le Patrio Act est une loi antiterroriste, et les procédures exécutés sous cette loi se limitent à ces activités. Quant au Cloud Act, il découle de la volonté des Etats-Unis d’accélérer l’accès aux données suite à l’expansion des échanges délictueux sur les messageries en ligne, en renforçant et en accélérant les accords d’échange de données internationaux.

Bien que rassurant pour les clients, la localisation des données en Suisse ne doit pas être le seul critère de sélection.

Par conséquent, pour les infractions de nature criminelle, l’accès aux données par une juridiction américaine sera toujours possible dans le Cloud Microsoft. Pour des délits, financiers par exemple, le Cloud Act pourra potentiellement aussi entrer en vigueur, mais plus probablement grâce la mise en oeuvre d’accords de collaboration.

Un avantage relatif

L’avantage n’est donc pas si significatif que cela. Il s’agit finalement plus d’un impact psychologique pour les clients finaux, si l’on exclut les rares secteurs qui soient véritablement réglementés en matière de localisation des données. Pour aller plus loin, il faudrait confier ses données à une entreprise dont le groupe faîtier se trouve en Suisse, telle que Swisscom. Tout en gardant à l’esprit qu’une procédure judiciaire étrangère pour crime n’empêcherait pas la divulgation des données, via des collaborations internationales existantes et déjà largement utilisées.

Même si dans les faits l’arrivée du Cloud Microsoft en Suisse ne change donc pas radicalement le paysage du marché IT, elle a le mérite de répondre à un besoin. Quand bien même les clients ne sauraient le justifier ou la rationaliser. En ce sens, c’est une avancée. Reste à voir quels seront les produits disponibles, quand et à quel prix.

En tout état de cause, la localisation ne doit pas rester le seul critère de choix du fournisseur Cloud. Si Microsoft prend un avantage sur ses concurrents directs, les autres alternatives doivent aussi être considérées. Car la sélection du meilleur Cloud doit mettre en balance différents besoins et critères, afin de faire un choix équilibré, au bénéfice du client. Dans notre rôle d’expert Cloud en Suisse romande, c’est ce que nous nous efforçons de faire au quotidien. En tout cas pour les 41% de dirigeants d’entreprise qui ne se soucient plus de l’emplacement du stockage de leur données.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud